Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2024 1 29 /01 /janvier /2024 14:30
Revendications du monde agricole : paroles de l’Église catholique

Réactions des évêques et mouvements ruraux d’Église face au mouvement social qui rassemble les agriculteurs partout en France depuis fin janvier 2024.

Proposition de prière du diocèse de Tarbes pour ce week-end

Dieu notre Père, en ce jour nos communautés se rassemblent pour partager ton Pain, fruit de la terre et du travail des hommes.

Nous te prions pour les agriculteurs de nos diocèses. Certains manifestent. Beaucoup sont isolés et submergés. Tous demandent à pouvoir vivre normalement de leur travail, et que soit respectée leur dignité. Entends le cri de leur colère.

Donne-nous à tous un cœur qui écoute, un esprit qui comprenne, des mains qui partagent et encouragent. Inspire à tous les décisions bonnes.

Que les agriculteurs, les responsables économiques et politiques se tendent la main pour construire un monde juste et fraternel. Seigneur, nous t’en prions.

Messages d’évêques de France

Les évêques de la Province de Montpellier (Languedoc-Roussillon) : « Nous sommes proches de vous »

Amis agricultrices et agriculteurs, nous voulons vous apporter notre soutien, vous qui manifestez dans le pays, en réclamant justice et considération pour votre profession.

Dans chacun de nos 5 diocèses (Carcassonne et Narbonne, Mende, Montpellier, Nîmes, Perpignan-Elne), vous n’êtes pas des inconnus pour nous, et nous vous rencontrons sur vos terres agricoles, dans vos vignes et vos élevages. Nous avons appris à vous apprécier en échangeant avec vous. Nous vous admirons, chacune et chacun, dans l’exercice d’une profession difficile que vous vivez avec passion.

Des jeunes aspirent à s’engager dans votre profession. Pour eux et pour vous, nous tenons à vous dire à quel point nous comprenons les légitimes préoccupations qui vous habitent.

Lire la suite

 
Hautes-Pyrénées : « les agriculteurs que nous connaissons sont des gens responsables, sensibles aux problématiques liées au climat et à l’environnement. » Mgr Micas, évêque de Tarbes et Lourdes

Je veux ici dire tout mon soutien aux agriculteurs du diocèse, et à toutes celles et ceux qui, au sein de la Mission rurale 65, témoignent de notre compassion, de notre solidarité et de notre engagement aux côtés de ceux qui souffrent. J’invite les fidèles du diocèse à le faire de manière sincère et déterminée, en cherchant à comprendre ce qui pousse les paysans à s’exprimer comme ils le font, à connaître la réalité de leur quotidien, à soutenir leur travail en permettant sa juste rémunération.

Lire la suite

 
Gironde : message de Mgr Jean-Paul James au monde viticole

Plus que mon soutien, l’estime que je vous porte ; j’ai constaté le courage de tant d’entre vous. Une crise même grave ne veut pas dire la fin de tout. Au long des siècles, refusant l’inertie, la sclérose, vous avez su montrer votre créativité, votre capacité à inventer du neuf. Mais, pas seuls !

Lire la suite

 
Bretagne : déclaration des évêques en soutien aux agriculteurs de leur région.

Évêques en Bretagne, nous nous sentons proches de vous, cultivateurs, éleveurs et pêcheurs. Nous vous rencontrons sur le terrain, dans vos exploitations agricoles et vos ports de pêche.

Nous sommes conscients du travail que vous accomplissez pour produire la nourriture dont les humains et toutes les familles ont besoin pour vivre, et des efforts accomplis pour protéger notre maison commune.

Lire la suite

Drôme : message de soutien de l’administrateur du diocèse de Valence aux agriculteurs

Beaucoup d’agriculteurs sont chrétiens, proches de notre Église catholique dans la Drôme, et j’ai en mémoire les nombreuses rencontres et initiatives de notre précédent évêque avec différents groupes d’agriculteurs. Notre territoire présente des réalités différentes et certaines de nos 22 paroisses sont très rurales. Notre foi nous appelle à la solidarité et à la justice sociale. En tant que gardiens de la création, nous sommes appelés à cultiver et préserver la terre avec responsabilité.

 
 
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2023 3 27 /12 /décembre /2023 14:15

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2023 2 24 /10 /octobre /2023 13:15

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2023 1 23 /10 /octobre /2023 13:30
Mgr LEBORGNE - ÉVÊQUE D'ARRAS

Mgr LEBORGNE - ÉVÊQUE D'ARRAS

Homélie de Mgr Leborgne

 

Obsèques de Dominique Bernard – Cathédrale d’Arras 

19 X 2023

1 Co 12,31-13,13    Mt 5,1-12

 

      « Que nous est-il permis d’espérer ? » Cette question est l’une de celles que pose le philosophe Emmanuel Kant au principe de sa réflexion. Face au drame qui nous rassemble ce matin, elle nous traverse sans doute tous. Cette question, si j’ai bien compris, habitait Dominique Bernard. Il avait une très grande sensibilité à ce qui se vivait dans notre monde. Il s’inquiétait de l’évolution de l’éducation et de l’enseignement, ainsi que de l’avenir de notre société. Il a dû aider tant d’élèves à entrer dans cette question. La littérature, différemment de la philosophie mais tout autant, nous confronte aux grandes questions qui traversent la vie humaine.

 

      « Que nous est-il permis d’espérer ? » La question est redoutable. Un homme, votre mari, votre père, votre fils, un professeur, votre collègue a été sauvagement assassiné dans une enceinte scolaire. Nous sommes tous abasourdis. Quand s’arrêtera donc la violence et la folie de ce monde ? Y sommes-nous irrémédiablement condamnés ? Elle semble comme une tornade qui ne cesse d’enfler et dont l’itinéraire est absolument imprévisible. Nous sommes dépouillés, démunis devant l’odieux et l’inacceptable. Et beaucoup sont traversés par la peur ou par une révolte qui ne semblent devoir trouver d’achèvement que dans la haine et la vengeance, ou la résignation et le repli sur soi.

 

     « S’il me manque l’amour, je ne suis rien » déclare Saint Paul dans ce passage de la Bible que vous avez choisi, vous sa famille et ses proches, pour les obsèques de celui que vous aimez tant. Vous y avez tenu, au risque de l’incompréhension … N’est-il pas déplacé de parler d’amour au moment d’un tel drame ?

 

Et pourtant ! L’histoire le montre de manière constante : la haine qui répond à la haine, la violence qui répond à la violence, ce n’est toujours que plus de haine et de violence. Aucune mièvrerie derrière cela. Un constat jamais démenti. Je vous en supplie chers jeunes, chers amis ici présents, ne vous laissez pas égarer par ceux qui voudraient vous entrainer sur des chemins de destruction. Répondre à la barbarie par la barbarie, c’est donner raison à la barbarie.

 

Mais il y a plus à dire. De quoi parle donc exactement saint Paul dans ce texte ? Le mot amour, comme le mot Dieu, sont parmi les mots les plus galvaudés de notre vocabulaire. Ceux qui se réclament de Dieu pour justifier la violence trahissent odieusement le Dieu dont ils se réclament. Et serait-il vraiment dieu celui qui aurait besoin de la violence des violents pour s’imposer aux hommes ?

 

Il en est de même pour ceux qui mettent derrière le mot « amour » des comportements aliénants ou dégradants allant à l’encontre du respect de la dignité humaine. De quel amour parle donc St Paul ? Il a des propos d’une très grande force : « S’il me manque l’amour, je ne suis rien », déclare-t-il.  Sans l’amour, nous ne sommes rien. Prise de position très claire : c’est d’aimer et d’être aimé qui fait la vérité de notre humanité. Ensuite, il ne précise aucun domaine particulier dans lequel s’exercerait cet amour, comme la vie amicale, conjugale ou familiale par exemple, mais il parle de l’amour au sens large. Et donc aussi de l’amour dans la vie éducative, associative, économique, politique.

 

    Pour Paul, c’est très clair - et cela est décisif pour comprendre ces affirmations -, l’amour n’est pas d’abord une réalité affective, sensible ou romantique. L’amour est une détermination de la liberté qui s’engage pour le bien de l’autre, jusqu’au bien de tous et de la cité. A ce titre, il refuse toute complicité avec le mal. La justice qui permet de faire la vérité en est une composante indispensable, aussi bien celle devant laquelle l’assassin de Dominique devra rendre compte de ses actes, que celle qui est exigée dans la vie sociale ou les relations internationales.  « Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés », disait Jésus il y a quelques instants.

 

Et l’apôtre ne dit pas d’abord cela comme un penseur – même s’il est clair que Paul de Tarse a été l’un des grands intellectuels de son époque – mais parce qu’il l’a contemplé dans le visage du Christ. En Christ, Paul a rencontré la détermination de Dieu pour la vie de l’homme et son salut. Et il en a fait l’expérience. La foi chrétienne n’est pas une morale même si elle appelle un agir éthique déterminé, la foi chrétienne n’est pas une doctrine même si elle a besoin de mots et de concepts pour essayer de dire ce qui la définit et la met en mouvement. La foi chrétienne est une rencontre. Elle est un événement. Elle est l’expérience de l’amour sauveur de Dieu qui en Jésus s’engage définitivement pour l’homme. Il ne vient pas jouer notre vie à notre place mais ne reste pas pour autant extérieur à nos vies. Il vient partager notre vie jusque dans notre mort pour que nous partagions sa vie dans la puissance même de sa résurrection. Dès ici-bas.

 

     Rien de magique. Pourtant tout est ouvert. Et réouvert quand la folie de la violence voudrait nous faire croire que plus rien n’est possible. Comme j’aimerais que chacun d’entre vous puisse également faire l’expérience qu’a faite saint Paul, cet amour plus fort que toute violence. Je le demande au Seigneur.

 

Cela prend une telle force pour Paul que cet amour devient la norme de sa foi. « J’aurais beau avoir la foi jusqu’à transporter les montagnes, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien », déclare-t-il encore.

 

     Avec Saint Paul, je crois donc que l’amour est un engagement de la liberté. Je me souviens, c’était en classe de première au lycée public des Mureaux, notre professeur de littérature nous a fait lire, parmi les trois œuvres que nous devions présenter au baccalauréat, entre Jacques le Fataliste de Diderot et Les Faux Monnayeurs de Gide, Monsieur Ouine de Bernanos. Cela a été mon premier contact avec Bernanos que j’ai appris à connaitre depuis, que j’apprécie tant aujourd’hui, et que j’ai retrouvé dans le Pas-de-Calais, dans la vallée de Fressin, entre les villages de Torcy et Ambricourt. Monsieur Ouine. Monsieur « oui-non ». Quand quelqu’un se refuse à la liberté par son indétermination maladive. Quand quelqu’un se refuse à sa propre humanité par la confusion entretenue et l’absence du courage de la vérité. L’œuvre d’éducation, initie à la liberté, rend capable d’engagement. En cela, elle participe au mouvement décrit par Saint Paul, et nous relance sans cesse sur les chemins de l’espérance. Je voudrais encore redire toute ma gratitude aux enseignants.

 

Mais il y a sans doute encore un pas à faire. Georges Bernanos disait de l’espérance qu’elle est « un désespoir surmonté ». Impossible de naitre à l’espérance sans mourir à ses illusions. Comme cela est difficile ! Dominique le savait. Douloureusement. Pour espérer, il nous faut consentir à ce que le réel ne se plie pas à notre volonté, à ce que l’avenir ne s’identifie pas à nos rêves, à ce que les autres ne correspondent pas toujours à ce que nous attendons d’eux ou voudrions qu’ils soient. Consentir aussi – et c’est parfois le plus difficile – à ne pas être celui ou celle que nous voudrions être. L’espérance exige que nous quittions tout esprit de domination.

 

Mais voilà que dans ce dépouillement se donne à entendre autre chose. Aucune résignation. Paradoxalement, une force insoupçonnée.

 

     « Heureux les pauvres de cœur, le Royaume des cieux est à eux » disait Jésus en ouverture des Béatitudes qui nous ont été proclamées tout à l’heure. C’est encore vous, ses proches et sa famille qui avez choisi ce texte. Celui qui consent à ne pas tout maîtriser, celui qui se dégage de la pulsion pour naître à son désir profond de justice, de vérité et de paix, celui qui se laisse brûler au feu vif de la charité, celui qui est capable de pleurer le mal du monde sans se croire plus fort et pourtant sans jamais s’y résigner, celui-là fera l’expérience d’une ouverture inattendue et souvent indicible, pourtant si puissante. Au cœur de sa vulnérabilité, il fera l’expérience d’une transcendance qui le traverse et l’habite. Peut-être même pourra-t-il lui donner son nom, y reconnaître un visage : celui-là même du Christ Jésus, vrai Dieu et vrai homme, mort et ressuscité. Il a tout assumé de notre humanité, jusqu’à la violence et la mort, pour que tout soit sauvé, récapitulé en lui et ressaisi dans l’amour de Dieu. Dans l’attente de cette plénitude, voilà que l’amour et la paix s’ouvrent comme une promesse : n’aie pas peur de tes peurs, laisse-moi y plonger, y venir dans la réalité-même de ma résurrection. Laisse-moi te réconcilier avec toi-même, te donner l’audace de la relation toujours à rechoisir et de la justice toujours à construire. Non plus un « tu dois », mais un « tu peux, je suis avec toi. »

 

     En Christ Jésus, l’Église le croit, dans la grâce de sa mort et de sa résurrection et dans le don de l’Esprit Saint, il est toujours possible d’espérer. Que le Seigneur fasse de nous des hommes et des femmes d’espérance !

 

« La foi que j’aime le mieux, dit Dieu, c’est l’Espérance… Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’Espérance » Il est sans doute urgent de relire ces merveilleuses lignes de Charles Péguy, dans Le Mystère du Porche de la Deuxième Vertu.  

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2023 1 09 /10 /octobre /2023 13:29

en partenariat avec la Confédération des Évêques de France. 

Le film passe en avant première à Agen le 15 octobre.

Un euro par entrée est reversé à la fondation Abbé Pierre

A la fin du film, contact par satellite avec les acteurs

 

Venez voir le film en avant-première et rencontrer l'équipe du film DIMANCHE 15 OCTOBRE à 15h45 !

A la fin de la projection, vous pourrez leur poser vos questions en direct live par satellite, un vrai moment incroyable et exclusif.

 

Voici la liste des cinémas : https://parenthesecinema.wixsite.com/labbepierre

Réservez vite vos places ! 1€ par entrée sera reversé à la Fondation Abbé Pierre. 

 

Découvrez la bande-annonce du film : https://youtu.be/cd6mX1YsZ_4

Nous avons besoin de votre soutien : parlez-en autour de vous et au sein de votre paroisse !

 

Cordialement.

L'équipe de Parenthèse Cinéma 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2023 2 10 /01 /janvier /2023 14:15
RENCONTRE SUR LA FIN DE VIE - PAROISSE SAINTE-CATHERINE DU PASSAGE D'AGEN, LE JEUDI 12 JANVIER 2023, 20 HEURES
RENCONTRE SUR LA FIN DE VIE - PAROISSE SAINTE-CATHERINE DU PASSAGE D'AGEN, LE JEUDI 12 JANVIER 2023, 20 HEURES

À L'invitation de l'abbé Jérôme Pomié, curé de la paroisse,

venez participer à la

 

" Rencontre - Réflexion - Formation - Échanges sur la FIN de VIE "

 

organisée par la paroisse Sainte Catherine du Passage d'Agen,

salle Mgr Johan (à côté de l'église Sainte Jehanne).

 

Cette rencontre aura lieu le jeudi 12 janvier 2023 à 20 heures;

elle sera animée par le docteur Landrin.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2023 1 09 /01 /janvier /2023 14:15

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2023 4 05 /01 /janvier /2023 14:29

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2022 1 14 /02 /février /2022 14:15

Philosophie et citoyenneté: à l'école de la démocratie | La Ligue de  l'Enseignement

Nous avons besoin de vos votes dans le cadre du budget participatif citoyen 2° édition

 

Projet n° 4006 - Favorisons auprès des citoyens de demain l'éducation au respect !

 

Public concerné par le projet : enfants dès la maternelle, adolescents, jeunes, adultes.


Objectifs :
- velopper l’estime de soi.
- Prévenir contre le harcèlement, lutter contre les discriminations et abus.
- Former à la citoyenneté.


QUAND VOTER ? Entre le 18 février et le 19 mars 2022


COMMENT ?
- avoir + de 11 ans (autorisation parentale demandée) et habiter le Lot et Garonne.
- par internet sur www.initiativecitoyenne47.fr (une adresse mail personnelle est demandée)
ou en mairie en posant un bulletin de vote du budget participatif citoyen dans une urne après avoir complété la feuille d’émargement avec nom, prénom, adresse en  Lot-et-Garonne, téléphone ou mail.


Il faut voter pour 3 projets :
Notre projet : n° 4006 + 2 autres projets sinon vote invalide

 

Vidéo : communication budget participatif projet n° 4006 - 18 février au 19 mars 2022


Comment voter ? Département d'initiative citoyenne (initiativecitoyenne47.fr)

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 09:05
 
Comment trouver les mots justes quand on visite un proche malade
 
HANDS HOSPITAL

P.RAZZO I CIRIC       Mathilde de Robien - publié le 09/02/22

 

   En cette journée mondiale des malades et de la conférence en ligne organisée par Magnificat et Aleteia, le père Arnaud Toury, prêtre et infirmier, apporte un éclairage lumineux sur la place et le rôle, sans cesse à ajuster, de celui ou celle qui visite un proche malade.

 

     La souffrance d’un proche malade ou en fin de vie déstabilise, paralyse parfois. Elle fait naître un certain malaise qui empêche d’être soi-même. Trouver un sujet de conversation adéquat à la situation paraît insurmontable. On préfère alors se taire plutôt que d’être maladroit. Quelle attitude adopter ? Afficher une mine décomposée ou sur-jouer l’insouciance ? Quels gestes poser ? Prendre sa main dans la sienne n’est-il pas trop intrusif ? Mais se passer de gestes physiques ne serait-il pas perçu comme de la froideur ? Le père Arnaud Toury, prêtre du diocèse de Reims et infirmier, auteur de La visite au malade (Magnificat) abordera ce sujet délicat à l’occasion d’une conférence en ligne organisée le 11 février par la revue Magnificat en partenariat avec Aleteia. Il fournit d’ores et déjà quelques pistes pour visiter un malade et faire éclore le dialogue.

1  Se sentir démuni, c’est bon signe !

     Il arrive de demeurer totalement démuni lors d’une visite à une personne malade. Le père Arnaud Toury est rassurant : « C’est bon signe, de se sentir démuni ! Ce serait inquiétant de savoir exactement comment faire. » Il est normal de ne pas savoir quoi faire ou quoi dire dans la mesure où une partie de la personne malade est devenue inaccessible à ses proches. « La souffrance met la personne malade dans une situation d’incommunicabilité. Elle ne peut pas dire, pas traduire sa souffrance », souligne le prêtre. De ce fait, l’entourage est nécessairement maladroit car il ne sait pas ce que vit la personne malade. Et ce, même s’il a traversé une maladie similaire ! Une des phrases à bannir est : « Je sais ce que c’est » ou « Je sais ce que tu ressens. » Non ! Chaque personne est unique et vit la maladie différemment. Visiter un proche malade, c’est accepter le fait d’être démuni, c’est entrer dans une démarche d’humilité et d’écoute.

 

     Se sentir démuni est bon signe aussi car cela engendre une forme de communion entre la personne visitée et le visiteur. « Les deux personnes sont finalement dans une situation d’incommunicabilité, l’une parce qu’elle ne peut pas dire sa souffrance, l’autre parce qu’elle ne sait pas quoi dire. Dans cette incommunicabilité se trouve une forme de communion », constate le père Arnaud Toury.

2   Offrir sa simple présence

      L’enjeu, lors d’une visite à une personne malade, est de lui faire savoir que quelqu’un est là pour elle, et qu’elle peut faire appel à lui quand elle le souhaitera. Visiter chaque jour et de longues heures une personne malade qui ne parle pas beaucoup pourrait paraître inutile voire absurde. Mais une simple présence a un prix inestimable. « La personne malade a besoin de savoir que quelqu’un est présent », précise le prêtre infirmier. « Elle peut désirer être seule dans sa chambre, mais elle sait que si elle le souhaite, quelqu’un est là ». Paul Claudel écrivait : « Dieu n’est pas venu supprimer la souffrance. Il n’est même pas venu l’expliquer, mais il est venu la remplir de sa présence. » Celui qui visite une personne malade est appelé à la même vocation. Il peut dire par exemple : « Je n’imagine pas ce que tu vis, je n’ai pas les mots, je serais maladroit et je t’en demande pardon, mais si tu as besoin de moi, je suis là ».

 
3  Laisser le malade être le sujet de sa vie

      A l’instar de Jésus face à l’aveugle Bartimée, le proche d’une personne malade est invité à ne pas s’imposer et la laisser à la manœuvre. Si le visiteur se met à son écoute, s’il fait de la place en lui pour recevoir les paroles confiées, les petits signes donnés, alors il peut réellement se mettre à son service. Dans l’Évangile, Jésus demande à Bartimée : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » (Mc 10, 51) Tout le monde sait ce qu’aimerait l’aveugle ! Mais Jésus n’impose pas son point de vue. « Jésus ne procède pas comme cela. Il le laisse être le sujet de sa vie », engage le père Arnaud Toury, tout en donnant un exemple concret : « Si je prends la main d’une personne malade, je ne la serre pas, je reçois sa main, et lui laisse la possibilité, si elle le souhaite, de se cramponner ».

 

     L’objectif ? Créer un espace où le dialogue puisse émerger, au lieu d’entamer un monologue qui ne laisse que peu de place à l’autre. « La priorité doit être donnée à la parole du malade », souligne le prêtre. Ce qui n’exclut pas des temps de silence, qui, comme dans la liturgie, permettent de faire résonner la parole.

 

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant à la rencontre en ligne avec le père Arnaud Toury en cliquant ici

MAGNIFICAT-ALETEIA.jpg
 
Partager cet article
Repost0

Bienvenue

Bonjour,

vous trouverez sur cet espace

des renseignements, informations

et activités de la paroisse

Saint Robert des Rives du Lot

Bonne lecture!

Liens

Accueil

 

                        PRESBYTERE

 28 rue du Théron - 47110 Sainte Livrade sur Lot

                           Tel: 05 53 01 05 50

         E-mail:  paroisse.ste-livrade@wanadoo.fr

                          Horaires secrétariat

           Du lundi au mercredi: de 14h00 à 17h30

                  Vendredi: de 9h00 à 12h00

Prêtre, j'ai besoin de vous...

Pour faire un don en ligne…

             CLIQUEZ