Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 15:30
 
Misericordias Domini in aeternum cantabo !
 
Ecouter l'introït Quasimodo (Abbaye de Triors)

Dans la joie de la Résurrection, et de la Divine Miséricorde,
les Moines et Moniales vous assurent de leur intercession.
 
Partager cet article
Repost0
8 avril 2021 4 08 /04 /avril /2021 13:15

 

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 08:15

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 14:09

 

 

Jeudi Saint

Vendredi Saint

Veillée Pascale

Jour de Pâques

 

Du 1er au 4 avril, Radio Présence diffusera en direct de l’abbaye de Conques les offices du Triduum pascal, du Jeudi saint matin au dimanche de Pâques. Laudes, office des Ténèbres, office du soir, veillée pascale et messe de la résurrection. Restons unis dans la prière par la radio.
 
Partager cet article
Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 15:15

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 17:19
Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 14:15

 

       Une fois par an, le 25 mars, l’Église fait mémoire de l’Annonce faite à Marie par l’ange Gabriel. Mais c’est trois fois par jour qu’elle invite les fidèles à réciter l’Angélus. Cette prière tire son nom de son premier mot en latin « AngelusDomininuntiavitMariae » (L’Ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie).

 

Millet et Lamartine ont immortalisé cette prière, chacun à leur manière.

En 1865, Millet raconte : "L'Angélus est un tableau que j'ai fait en pensant comment, en travaillant autrefois dans les champs, ma grand-mère ne manquait pas, en entendant sonner la cloche, de nous faire arrêter notre besogne pour dire l'angélus pour ces pauvres morts".

 

Alphonse de Lamartine raconte dans Les laboureurs :

« Mais quel son a vibré dans les feuilles ? La Cloche,

Comme un soupir des eaux qui s'élève du bord,

Répand dans l'air ému l'imperceptible accord,

Et, par des mains d'enfants au hameau balancée,

Vient donner de si loin son coup à la pensée:

C'est l'Angélus qui tinte, et rappelle en tout lieu

Que le matin des jours et le soir sont à Dieu.

A ce pieux appel le laboureur s'arrête ;

Il se tourne au clocher, il découvre sa tête,

Joint ses robustes mains d'où tombe l'aiguillon,

Elève un peu son âme au-dessus du sillon,

Tandis que les enfants, à genoux sur la terre,

Joignent leurs petits doigts dans les mains de leur mère. ... »

     Jusqu’à il n’y a pas longtemps, tous travaux s’arrêtaient à l’appel des cloches.

Cette incitation de la prière au crépuscule remonte au Moyen-Age. Au 11e siècle, Guillaume le Conquérant, alors duc de Normandie, instaura un couvre-feu dans tout le duché pour éviter incendies, accidents de la route nocturnes et maintenir ainsi la paix. Quelques années plus tard, le concile de Clermont officialise cette sonnerie de l'Angélus pour inviter les gens à la prière et à rentrer chez eux. En 1265, Saint Bonaventure exhorta ses frères à prier chaque soir trois Ave Maria en méditant sur le mystère de l’Incarnation, au son d’une cloche, après l’office des complies. Le pape Jean XXII a ensuite propagé cette prière à l’extérieur des monastères en accordant une indulgence aux fidèles qui la réciteraient à genoux. Il rédigea alors la prière de l’Angélus telle qu’on la connaît de nos jours, composée de trois versets tirés des évangiles suivis de trois « Je vous salue ».

Jusqu’au 19esiècle, l’annonce du soir était ainsi quasi généralisée. Le couvre-feu, sonné dans la plupart des villes et villages de France jusqu’au 19esiècle, ordonnait aux commerçants de fermer boutique, aux travailleurs de laisser leurs outils, et aux habitants de rentrer chez eux, fermer leurs portes, éteindre les feux…et de faire leur prière. Bien que, souvent, des sonneries dédiées à l’Angélus sonnaient un peu plus tôt dans la soirée, cette forme de prière a été peu à peu associée à la sonnerie du couvre-feu. Puis deux autres sonneries sont apparues, le matin et le midi. Aujourd’hui, de nombreux clochers en France ont gardé cette tradition. Quelques-uns sonnent même encore le couvre-feu, comme la Zehnerglock (cloche des dix heures) de Strasbourg.

En 2021, en raison de la pandémie de Covid-19, nous voici contraints par un couvre-feu. Pourquoi ne pas en faire une occasion de découvrir ou redécouvrir cette prière mariale de l'Angélus, que tant d’hommes et de femmes récitèrent au fil des siècles à la tombée de la nuit, dévotion que le pape lui-même appelle à redécouvrir ?

 

La prière de l’Angélus

 

L’ange du Seigneur porta l’annonce à Marie. – Et elle conçut du Saint-Esprit.

« Je vous salue Marie […] Amen »

Voici la servante du Seigneur – Qu’il me soit fait selon votre parole.

« Je vous salue Marie […] Amen »

Et le Verbe s’est fait chair. – Et il a habité parmi nous.

« Je vous salue Marie […] Amen »

 

Priez pour nous, sainte Mère de Dieu. – Afin que nous devenions dignes des promesses du Christ.

 

Prions le Seigneur. Que ta grâce, Seigneur notre Père, se répande en nos cœurs ; par le message de l’ange, tu nous as fait connaître l’incarnation de ton Fils bien-aimé ; conduis-nous, par sa passion et par sa croix, jusqu’à la gloire de la Résurrection. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

Textes et documents transmis par Ghislaine Durovray

Partager cet article
Repost0
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 15:00

Article publié sue le site "Église Catholique de France" accès au site

 

 

       En ce mois de mars 2021, prions pour vivre le sacrement de la réconciliation avec une profondeur renouvelée, afin de goûter l’infinie miséricorde de Dieu.

 

     À travers l’intention du Pape, j’entends une question adressée à chacun : « Quelle relation ai-je avec la réconciliation et son sacrement ? », ainsi qu’une invitation à un progrès en vue d’un renouvellement en profondeur.

Écoutons saint Paul s’adresser aux Corinthiens : « Nous vous en supplions, au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2 Co 5,20). Il s’adresse à des hommes et des femmes déjà réconciliés avec Dieu par la grâce du baptême. Cependant il les exhorte encore. À son époque, le sacrement de réconciliation n’était pas organisé. Nous comprenons que la réconciliation avec Dieu déborde le sacrement. Alors nous pouvons légitimement nous questionner sur le bien-fondé de son existence. « À célébrer le travail que le Seigneur a accompli » devons-nous répondre. Paul dit bien : « Laissez-vous réconcilier » ; cela ne vient pas d’abord de notre initiative mais de celle de Dieu en son Fils. Bien sûr, il reste à l’Homme à consentir à cette démarche. C’est une participation essentielle. Le sacrement est alors une fête qui célèbre la plénitude d’une réconciliation qui circule dans les deux sens, de Dieu vers l’Homme et de l’Homme vers Dieu et en conséquence vers les frères et sœurs. Quelle joie quand les voûtes de l’Église et du Ciel résonnent du pardon et que le pénitent repart habité d’une force et d’une liberté nouvelles. Le jugement de Dieu fait de nous des justes, nous qui méritions la condamnation. L’appel du pape à vivre ce sacrement est ainsi pressant comme celui de Paul.

Des obstacles rendent difficile le chemin vers ce sacrement. L’Adversaire fait imaginer le pire. La honte, l’inutilité : nous faisons peu ou pas de progrès, nous retombons dans les mêmes fautes, parfois le soir même de la célébration du pardon. Nous entretenons des images fausses de lessive, ou d’un pardon qui permettrait de gommer le passé. Alors nous ne prenons pas le chemin de l’humilité. À côté des images publicitaires de réussite et de bonheur, nos vies semblent ternes. Il est difficile de s’arrêter pour voir le beau travail que Dieu y fait et cherche à y faire, pour lui en rendre grâce et nous mettre dans sa main afin de guérir et évoluer. La psychologie peut juger ou se méfier de l’aventure spirituelle et rendre floue la différence entre péché et fragilité personnelle. Les blessures subies – injustices, vexations, violences – ouvrent un statut de victime qui empêche de se reconnaître pécheur : être réhabilité dans son honneur apparaît comme une exigence préalable. Il y a aussi le manque de prêtres disponibles, et parfois leur indélicatesse ou leur manque de vertu. C’est vrai, ils sont des pécheurs comme les autres, mais on attend d’eux autre chose à cause de la mission qui leur est confiée. Le mal qu’ils font scandalise davantage.

Oui, nous prions pour que toutes ces difficultés ne dissuadent pas les baptisés de s’approcher du sacrement de réconciliation. Le temps du carême est propice pour le vivre. Il nous construit, nous, ainsi que l’Église. Encourageons-nous mutuellement.

 

Daniel Régent sj, directeur national du Réseau mondial de prière du pape

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 15:04

 

Partager cet article
Repost0
19 février 2021 5 19 /02 /février /2021 09:02
LE MEILLEUR JEÛNE PENDANT CE CARÊME - CONSEILS DU PAPE FRANÇOIS.

Je recommande ce qui suit comme le meilleur Jeûne pendant ce Carême 2021 :

 

 

- Jeûnez de mots offensants et transmettez seulement des mots doux et tendres.

 

- Jeûnez d'insatisfaction, d’ingratitude et remplissez-vous de gratitude.

 

- Jeûnez de colère et remplissez-vous de douceur et de patience.

 

- Jeûnez de pessimisme et soyez optimiste.

 

- Jeûnez de soucis et ayez confiance en Dieu.

 

- Jeûnez de lamentations et prenez plaisir aux choses simples de la vie.

 

- Jeûnez de stress et remplissez-vous de prière.

 

- Jeûnez de tristesse et d'amertume, et remplissez votre cœur de joie.

 

- Jeûnez d'égoïsme, et équipez-vous de compassion pour les autres.

 

- Jeûnez d'impiété et de vengeance, et soyez remplis d'actes de réconciliation et de pardon.

 

- Jeûnez de mots et équipez-vous de silence et de la disponibilité à écouter les autres.

 

 

Si nous pratiquons tous ce style de jeûne, notre quotidien sera rempli de paix, de joie, de confiance les uns dans les autres et de vie.

 

Ainsi soit-il.

Partager cet article
Repost0

Bienvenue

Bonjour,

vous trouverez sur cet espace

des renseignements, informations

et activités

de notre paroisse.

Bonne lecture!

Liens

Accueil

accueil2

                        PRESBYTERE

 28 rue du Théron - 47110 Sainte Livrade sur Lot

                           Tel: 05 53 01 05 50

         E-mail:  paroisse.ste-livrade@wanadoo.fr

                          Horaires secrétariat

           Du lundi au jeudi: de 14h00 à 17h00

                  Vendredi: de 9h00 à 12h00

Prêtre, j'ai besoin de vous...

Pour faire un don en ligne…

                    CLIQUEZ