Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2022 5 23 /12 /décembre /2022 09:13
CONNAISSEZ-VOUS LES GRANDES FËTES MARIALES ?
CONNAISSEZ-VOUS LES GRANDES FËTES MARIALES ?CONNAISSEZ-VOUS LES GRANDES FËTES MARIALES ?

 

Les dévotions à la Vierge Marie

tout au long de l'année liturgique

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 14:27

 

Frère Benjamin

L'émission "Ça commence aujourd’hui" consacrée aux vocations

Bérengère Dommaigné - publié le 19/01/22

 

L’émission "Ça commence aujourd’hui" animée par Faustine Bollaert diffusée ce mercredi 19 janvier sur France 2 a mis en lumière la vocation de quatre hommes d’église. Une émission fraternelle et lumineuse qui fait du bien.

 

       C’est un panel d’invités pour le moins inhabituel qu’ont pu découvrir les téléspectateurs devant l’émission « Ça commence aujourd’hui » diffusée ce mercredi 19 janvier sur France 2.  Intitulée « Ils ont consacré leur vie à Dieu », l’émission du jour a ainsi réuni quatre prêtres qui témoignent en toute liberté de leur vocation et de leur amour du Christ. Et c’est beau à écouter et à regarder. Sur le plateau donc, le père Pierre Marie Castaignos de l’abbaye d’Ourscamp, le frère Benjamin, « prêtre et chanteur », salésien de Don Bosco, le père René Luc de Cap Missio et le frère Jean Yves de la communauté Saint-Jean à l’église Sainte Cécile (Boulogne-Billancourt). 

Témoigner de « l’appel »
https://youtu.be/2_7zK79chy8

Avec ce format d’émission de 50 minutes, tous ont du temps pour s’exprimer et  raconter leur propre cheminement vers le sacerdoce ainsi que la joie qui les anime, dans leur vie consacrée à Dieu et aux autres. Le frère Benjamin qui découvre sa vocation à l’âge de 9 ans à Medjugorje, le père René Luc qui passe de voyou à catho, le frère Jean-Yves qui voulait trouver sa voie et pensait se marier, ou encore le père Pierre Marie qui travaillait dans la finance et l’audit. Tous racontent « l’appel », leur choix de vie, leur grande liberté et l’envie sans cesse de parler de Jésus et de vivre avec lui, comme une femme amoureuse avec son mari !

 
https://youtu.be/96RYZDl0-Hw
Une émission lumineuse et fraternelle qui fait du bien. Le père René Luc confie ainsi à Aleteia : « En plus du climat de bienveillance dans lequel nous avons été accueillis, c’était une vraie discussion entre nous quatre, qui ne nous connaissions pas et qui avons pu nous réjouir du parcours de chacun », tous différents et pourtant tous unis, appelés par un même Dieu. 
https://youtu.be/E8bmWLYxqDQ
Si elle est toujours dans l’écoute et la bienveillance, ce qui rend l’émission très agréable à regarder, l’animatrice et journaliste Faustine Bollaert est également très franche et confie ainsi à ses invités : « Vous m’avez tous dit que j’étais gonflée de vous inviter, pourquoi ? » Et chacun de témoigner avec ses mots et ses expériences que le contexte de l’Église étant difficile aujourd’hui, « c’est agréable de pouvoir parler, non pas de scandale, mais de Dieu et d’Amour », la remerciant ainsi pour l’invitation. « Voilà que France 2 , service public, fait de la publicité pour des curés ! », confie à Aleteia en souriant frère Benjamin, qui voit son nombre d’abonnés sur Instagram « exploser » depuis son passage dans l’émission.
 
https://youtu.be/41ScxVcdqBQ
Ces témoignages sincères et francs, à regarder sans modération en replay, ont réjouit l’animatrice qui remercie ainsi ses invités, « vous êtes concrets et pragmatiques, on découvre des hommes sympas et non rasoirs comme on imagine les prêtres, et on a envie de passer du temps avec vous ! »
 
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2022 3 19 /01 /janvier /2022 14:53

 

     Passez 52 minutes de respiration avec les moines de l'abbaye de Hauterive alors que notre chère abbaye cistercienne de Ste Marie du désert (près de Toulouse) ainsi que celle de Notre Dame des Neiges (où St Charles de Foucauld a appris la vie monastique) en Ardèche viennent de fermer.

 

    Tout y est, beauté des lieux, odes à la nature, à la vie, à la tendresse pour ce cheval blessé, à l'amour, à Dieu, à la création divine dont nous sommes tous.

 

     L'abbaye d'Hauterive, est une abbaye cistercienne fondée en 1138 par Guillaume, seigneur de Glâne, à Hauterive, aujourd'hui en Suisse dans le district de la Sarine du canton de Fribourg (Chemin de l'Abbaye 19, 1725 Posieux, Suisse). C'est la plus ancienne abbaye cistercienne de Suisse romande qui soit encore vivante.

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 14:19
MESSAGE de NOËL et BÉNÉDICTION URBI ET ORBI du 25 DÉCEMBRE 2021, PAPE FRANÇOIS

Depuis la Loge Centrale de la Basilique Saint Pierre,

message du Pape François, et Bénédiction Urbi et Orbi

Partager cet article
Repost0
7 mai 2021 5 07 /05 /mai /2021 08:15

Depuis quand dit-on que le mois de mai est dédié à l’intercession de la Vierge Marie ? Le père Renaud Saliba, recteur du sanctuaire de Pontmain lieu d’une apparition mariale datant de 1871 dans le diocèse de Laval, nous apporte quelques explications sur le sens de la période particulière qu’est le mois de Marie.

 

Pourquoi le mois de mai est-il associé à Marie ?

 

Il est difficile de dire précisément pourquoi le mois de mai est associé à la Vierge Marie. Le mois de mai ne comporte pas traditionnellement une grande fête mariale comme les mois d’août ou de décembre. Ce n’est que depuis la réforme liturgique de 1969 que la Visitation est fêtée le 31 mai. Il ne faut donc pas aller rechercher une explication du côté du cycle liturgique mais plutôt du côté du cycle des saisons. En Europe, le mois de mai c’est le mois des fleurs, le mois où le printemps se manifeste dans toute sa vitalité.

Ainsi dès le 13ème siècle, le roi de Castille Alphonse X le Sage (1221-1284) avait associé dans un de ses poèmes la beauté de Marie à celle du mois de mai. Au 14ème siècle le frère dominicain Henri Suso (1295-1366) avait pris l’habitude le premier mai d’orner les statues de Marie de couronnes de fleurs. Il y a donc très probablement un lien entre la beauté de la flore qui se déploie au mois de mai et notre Mère du ciel, la belle Dame, comme on l’appelle ici à Pontmain.

 

A quand remonte cette coutume du mois de Marie ?

 

C’est à Rome, à la fin du 16ème siècle, qu’est née la coutume de consacrer les 31 jours du mois de mai à une prière mariale renforcée. Saint Philippe Néri (1515-1595) par exemple rassemblait les enfants autour de l’autel de la Sainte Vierge dans la Chiesa Nuova. Ils leur demandaient d’offrir à la Mère de Dieu des fleurs du printemps, symboles des vertus chrétiennes qui devaient aussi éclore dans leur vie chrétienne. Le mois de Marie est donc depuis le début, non seulement un bel acte de piété envers la Vierge Marie mais aussi un engagement à se sanctifier jour après jour.

Au 17ème siècle et au 18ème, les Jésuites ont beaucoup œuvré pour diffuser cette dévotion dans toute l’Italie. Ils recommandaient que, la veille du 1er mai, dans chaque maison, on dresse un autel à Marie, décoré de fleurs et de lumière. La famille était invitée à se réunir pour prier en l’honneur de la Sainte Vierge et à tirer au sort un billet indiquant la vertu à mettre en application le lendemain.
Cependant c’est en approuvant cette dévotion en 1815 que le Pape Pie VII (1742-1823) va permettre sa très grande diffusion dans toute l’Église. Le mois de Marie sera célébré dans les paroisses et dans les familles.

 

Le mois de Marie à Pontmain

 

Dans un sanctuaire marial comme Pontmain où a eu lieu une apparition de Notre Dame reconnue par l’Église, on peut dire que c’est toute l’année le mois de Marie. Lorsque que nous racontons l’histoire de l’apparition, nous faisons la part belle au curé de la paroisse l’abbé Michel Guérin. Il n’a pas vu dans le ciel la belle Dame le 17 janvier 1871, mais par son travail pastoral et surtout par son amour de la Vierge Marie, il a comme préparé cet évènement heureux. L’abbé Guérin a instauré le mois de Marie en 1846 soit dix ans après son arrivée dans ce petit hameau où tout était à faire. Il a commencé par offrir une petite statue de la vierge Marie à chaque famille pour encourager la prière du chapelet à la maison, puis il a restauré la vieille église délabrée. Ensuite il a placé une grande statue de la Vierge au-dessus du maître autel. Enfin, il a construit une école pour les enfants du village. Quand tout cela a été en place il a donc pu instaurer le mois de Marie. Et à Pontmain, le mois de Marie c’était avant tout le pèlerinage quotidien des enfants à l’église paroissiale avant l’ouverture de l’école. Les sœurs emmenaient en procession les enfants pour déposer un bouquet de fleurs, réciter une dizaine de chapelet et chanter un cantique marial. Ainsi chaque mois de Marie entre 1846 et 1871 a été comme une préparation de l’apparition du 17 janvier, avec au premier rang des enfants venant au-devant de Notre Dame.Mayenne.

 

Comment vivre ce mois singulier en période de confinement/déconfinement ? Quel sens particulier prend-il en ces temps troublés ?

Ne pas oublier le temps pascal
Le mois de mai coïncide chaque année avec le temps pascal, c’est particulièrement vrai cette année où le 31 mai est le dimanche de
Pentecôte. Le mois de Marie ne doit faire « concurrence » au temps pascal mais au contraire nous aider à le vivre.
Lorsque nous récitons les mystères glorieux du chapelet nous parcourons avec Marie les trois grandes étapes du temps pascal : la
Résurrection l’Ascension et la Pentecôte.
Lorsque que nous contemplons la vie de Marie nous découvrons la toute pure, celle qui n’a pas péché, or le temps pascal est le moment où nous prenons conscience que par la Résurrection nous sommes morts au péché. Ainsi le mois de Marie est l’occasion de pratiquer les vertus qui manifestent la vie nouvelle dans la force de l’Esprit.

 

Habiter la maison de Dieu


Pendant le temps de confinement, beaucoup ont dû aménager ou agrandir un coin prière dans leur maison. Nous avons découvert que nos domiciles pouvaient être des lieux de célébrations. Nous avons consacré un moment particulier de la journée à la prière avec régularité et ponctualité. Tout cela est en lien avec la piété mariale du mois de mai qui va nous permettre de prolonger cette expérience.
Dans nos coins prières, au mois de mai, il s’agit évidemment de mettre en évidence, une statue, une image de la Vierge Marie. C’est un grand réconfort de pouvoir contempler le beau visage bienveillant de Marie.
Le mois de Marie est aussi un moment privilégié pour chanter des chants à Marie. Il est étonnant de constater la très grande variété de ces chants, et chaque année, de nouvelles compositions viennent enrichir le répertoire. Au moment de l’apparition de Pontmain le cantique préférée était « Mère de
l’espérance dont le nom est si doux protégez notre France, priez, priez pour nous »

 

Se faire pèlerin


Nous entrons dans le temps du déconfinement. C’est une invitation à quitter un peu notre coin prière, aussi beau soit-il, pour découvrir des paroisses, des abbayes et des sanctuaires qui nous parlent de la Vierge Marie. En 1823, l’Abbé Letourneau dans son ouvrage sur « le nouveau mois de Marie » proposait de lier chaque jour du mois de Mai à un grand pèlerinage marial en commençant par Rome Lorette, Paris, Tolède… C’est une très belle idée car la Vierge Marie nous ouvre sur le monde. En ses apparitions, elle nous fait prendre conscience que l’Église est vraiment universelle. Le mois de mai est donc l’occasion de sortir de chez soi pour aller découvrir un lieu marial pour que l’histoire de ce lieu devienne aussi notre histoire.

 

Publié le 12 mai 2020 : site "Église Catholique en France"

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2020 5 12 /06 /juin /2020 09:30

 

 

Prière de la clôture

 

de L’Assemblée plénière des évêques de France, le 10 juin 2020

.

 

 

Seigneur Jésus,

notre lumière, notre force, notre paix, notre joie,

après ces mois d’épreuve sanitaire,

en communion avec tous nos frères et sœurs dans la foi,

nous nous confions à toi.

 

Nous te confions ceux qui sont morts et ceux qu’ils laissent dans le chagrin.

Nous venons aussi te rendre grâce et te confier notre pays.

 

Sois béni

d’avoir été à nos côtés alors que nous traversions l’épreuve de la pandémie,

comme tu nous as protégés en bien d’autres circonstances de notre histoire.

 

Sois béni

pour la prière que ton Esprit a maintenue vivante

alors que ceux qui croient en toi ne pouvaient se rassembler pour te célébrer.

 

Sois béni

pour les multiples gestes fraternels à l’égard des plus démunis

et pour le dévouement des soignants

et de tous ceux qui, dans la discrétion, ont permis notre vie quotidienne.

 

Sois béni

pour l’accompagnement des malades et le soutien aux familles éprouvées.

 

Sois béni

pour l’engagement de ceux qui doivent veiller

sur toutes les composantes de notre communauté nationale.

 

Nous t’en prions,

accorde maintenant à tous la grâce du discernement et de la détermination

pour mettre en œuvre les conversions nécessaires et faire face aux difficultés économiques, aux défis et aux opportunités de la période à venir.

 

À chacun des membres de ton Église,

accorde d’être attentif à tous et d’annoncer ton Évangile.

 

Seigneur Jésus,

remplis-nous de l’amour qui jaillit de ton Cœur transpercé,

libère-nous de toute peur,

fais de nous des témoins de l’espérance dont tu nous rends capables,

jusqu’au jour où tu nous accueilleras dans la Cité céleste.

AMEN

Partager cet article
Repost0
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 14:17

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2020 1 20 /01 /janvier /2020 14:45

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2019 2 11 /06 /juin /2019 14:12

 

Depuis 2011, la Nuit des églises permet à de nombreux clochers d’ouvrir leurs portes le temps d’une nuit. Culte et culture se rejoignent alors pour offrir aux visiteurs habituels ou occasionnels des instants mémorables.

Pourquoi une Nuit des églises ?
Une constatation

Les clochers, identité même d’un village ou d’un bourg mais aussi incontournables des panoramas de nos régions, sont trop souvent aujourd’hui signes d’églises fermées. Pourtant, ces bâtiments, qui appartiennent aux communes pour beaucoup d’entre eux, sont entretenus avec sollicitude par quelques membres de la communauté locale, très attachée à son église comme signe implanté dans son terroir. Doivent-elles cependant se contenter de cette situation ? Ces communautés locales n’ont-elles aucune carte à jouer pour faire vivre ces lieux ?

Un rendez-vous

Chaque été, toutes les églises de France sont invitées à ouvrir largement leurs portes durant la nuit. Une image forte est ainsi donnée. La lumière qui guide dans la nuit, la vision d’une église éclairée de l’intérieur, portes grandes ouvertes pour accueillir tous ceux qui souhaitent entrer et qui ne l’osent pas en temps habituel. Consciente de l’importance de ce symbole, et de la constante recherche de spiritualité et de racines de notre société contemporaine, l’Église en France a pris l’initiative de cette Nuit des églises.

Faire découvrir le sens du lieu, le sens de ce que l’on y célèbre, la possibilité de vivre un moment de contemplation grâce à l’art manifesté dans toutes ses dimensions et de convivialité grâce à l’accueil spécialement préparé par les paroissiens, c’est là la vocation de cet événement. La Nuit des églises permet aux communautés locales de s’adresser à tous en vivant de sa mission d’accueil. Ouvrir la porte de l’église, c’est accueillir celui qui passe, c’est aller à la rencontre de celui qui entre. C’est une soirée où il y a autant à recevoir qu’à donner, que vous soyez organisateur ou visiteur.

Lire l'article publié par "Eglise Catholique de France" dans son intégralité : Clic !

Prière de la Nuit des églises

Seigneur Jésus, toi qui es lumière du monde,

Nous te rendons grâces pour nos églises de pierre,

Lumineuses sentinelles de l’invisible au cœur de nos villes et de nos villages.

Nous te rendons grâce pour la beauté et la paix qu’elles offrent, gracieusement.

Nous te rendons grâce pour les communautés qui les ont bâties et qui les animent.

Donne nous de scintiller, au cœur des multiples nuits de l’existence, des mille lueurs de ta douce présence.

Amen !

Prière écrite par le père Gilles Drouin

 

Prière à l’occasion de la Nuit des églises, organisé tous les ans, au début de l’été. Cet événement est proposé par la Revue Narthex du service national de la pastorale liturgique et sacramentelle, de la Conférence des évêques de France.
Partager cet article
Repost0
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 13:28

 

Partager cet article
Repost0

Bienvenue

Bonjour,

vous trouverez sur cet espace

des renseignements, informations

et activités

de notre paroisse.

Bonne lecture!

Liens

Accueil

 

                        PRESBYTERE

 28 rue du Théron - 47110 Sainte Livrade sur Lot

                           Tel: 05 53 01 05 50

         E-mail:  paroisse.ste-livrade@wanadoo.fr

                          Horaires secrétariat

           Du lundi au jeudi: de 14h00 à 17h30

                  Vendredi: de 9h00 à 12h00

Prêtre, j'ai besoin de vous...

Pour faire un don en ligne…

                    CLIQUEZ